samedi

Anonymous - It's Time You Know This and Wake Up... (NWO Elites EXPOSED 2...

France fights to keep Macron email hack from distorting election


RUSSIA | Sat May 6, 2017 | By Adrian Croft and Geert De Clercq | PARIS France sought to keep a computer hack of frontrunner Emmanuel Macron's campaign emails from influencing the outcome of the country's presidential election with a warning on Saturday it could be a criminal offence to republish the data. Macron's team said a "massive" hack had dumped emails, documents and campaign financing information online just before campaigning ended on Friday and France entered a quiet period which forbids politicians from commenting on the leak. The data leak emerged as polls predicted Macron, a former investment banker and economy minister, was on course for a comfortable victory over far-right leader Marine Le Pen in Sunday's election, with the last surveys showing his lead widening to around 62 percent to 38. "On the eve of the most important election for our institutions, the commission calls on everyone present on internet sites and social networks, primarily the media, but also all citizens, to show responsibility and not to pass on this content, so as not to distort the sincerity of the ballot," the French election commission said in a statement on Saturday. However, the commission - which supervises the electoral process - may find it difficult to enforce its rules in an era where people get much of their news online, information flows freely across borders and many users are anonymous. French media covered the hack in various ways, with left-leading Liberation giving it prominence on its website, but television news channels opting not to mention it. Le Monde newspaper said on its website it would not publish the content of any of the leaked documents before the election, partly because the huge amount of data meant there was not enough time to report on it properly, but also because the dossiers had been published on purpose 48 hours before the election with the clear aim of affecting the vote. "If these documents contain revelations, Le Monde will of course publish them after having investigated them, respecting our journalistic and ethical rules, and without allowing ourselves to be exploited by the publishing calendar of anonymous actors," it said. As the #Macronleaks hashtag buzzed around social media on Friday night, Florian Philippot, deputy leader of Le Pen's National Front party, tweeted "Will Macronleaks teach us something that investigative journalism has deliberately kept silent?" DESTABILISATION As much as 9 gigabytes of data purporting to be documents from the Macron campaign were posted on a profile called EMLEAKS to Pastebin, a site that allows anonymous document sharing. It was not immediately clear who was responsible, but Macron's political movement said in a statement the hack was an attempt to destabilize democracy and to damage the party. En Marche! said the leaked documents dealt with the normal operations of a campaign and included some information on campaign accounts. It said the hackers had mixed false documents with authentic ones to "sow doubt and disinformation." Sunday's election is seen as the most important in France for decades, with two diametrically opposed views of Europe and the country's place in the world at stake. Le Pen would close borders and quit the euro currency, while Macron wants closer European cooperation and an open economy. Voters in some French overseas territories and the Americas were due to cast their ballots on Saturday, a day before voting in France itself. The first polling stations to open at 1000 GMT were in Saint Pierre and Miquelon, islands off Canada. RELATED COVERAGE Timeline: Macron's rise from unknown adviser to French election favorite Others in French Guiana in South America; Guadeloupe and Martinique in the Caribbean; the South Pacific islands of French Polynesia and French citizens living elsewhere in the Americas were also due to vote on Saturday. In France, police union Alternative Police warned in a statement that there was a risk of violence on election day by activists of the far-right or far-left. Extreme-right student activists burst into the office of Macron's political movement in the southeastern city of Lyon on Friday evening, setting off smoke grenades and scattering false bank notes bearing Macron's picture, police said. France is the latest nation to see a major election overshadowed by allegations of manipulation through cyber hacking after U.S. intelligence agencies said in January that Russian President Vladimir Putin had ordered hacking of parties tied to Democratic presidential candidate Hillary Clinton to influence the election on behalf of Republican Donald Trump. Vitali Kremez, director of research with New York-based cyber intelligence firm Flashpoint, told Reuters his review indicated that APT 28, a group tied to the GRU, the Russian military intelligence directorate, was behind the leak. Macron's campaign has previously complained about attempts to hack its emails, blaming Russian interests in part for the cyber attacks. The Kremlin has denied it was behind any such attacks, although Macron's camp renewed complaints against Russian media and a hackers' group operating in Ukraine. (Additional reporting by Bate Felix, Andrew Callus, Myriam Rivet, and Michel Rose in Paris, Catherine Lagrange in Lyon, Jim Finkle in Toronto and Eric Auchard in Frankfurt; Editing by Alexander Smith) Our Standards: The Thomson Reuters Trust Principles

Sia - Cheap Thrills (Lyric Video) ft. Sean Paul

Le Patrimoine NON DECLARER de Macron

OLIVIER BESANCENOT CLASH VIOLEMMENT MACRON !

vendredi

reflets: Macron's French presidential campaign emails leaked online

reflets: Macron's French presidential campaign emails leaked online

French candidate Macron claims massive hack as emails leaked


TOP NEWS Fri May 5, 2017 | 10:58 PM EDT Macron's French presidential campaign emails leaked online X By Eric Auchard and Bate Felix | FRANKFURT/PARIS Leading French presidential candidate Emmanuel Macron's campaign said on Friday it had been the target of a "massive" computer hack that dumped its campaign emails online 1-1/2 days before voters choose between the centrist and his far-right rival, Marine Le Pen. Macron, who is seen as the frontrunner in an election billed as the most important in France in decades, extended his lead over Le Pen in polls on Friday. As much as 9 gigabytes of data were posted on a profile called EMLEAKS to Pastebin, a site that allows anonymous document sharing. It was not immediately clear who was responsible for posting the data or if any of it was genuine. In a statement, Macron's political movement En Marche! (Onwards!) confirmed that it had been hacked. "The En Marche! Movement has been the victim of a massive and co-ordinated hack this evening which has given rise to the diffusion on social media of various internal information," the statement said. An interior ministry official declined to comment, citing French rules that forbid any commentary liable to influence an election, which took effect at midnight on Friday (2200 GMT). The presidential election commission said in statement that it would hold a meeting later on Saturday after Macron's campaign informed it about the hack and publishing of the data. It urged the media to be cautious about publishing details of the emails given that campaigning had ended, and publication could lead to criminal charges. Comments about the email dump began to appear on Friday evening just hours before the official ban on campaigning began. The ban is due to stay in place until the last polling stations close Sunday at 8 p.m. (1800 GMT). Opinion polls show independent centrist Macron is set to beat National Front candidate Le Pen in Sunday's second round of voting, in what is seen to be France's most important election in decades. The latest surveys show him winning with about 62 percent of the vote. RUSSIAN HAND SEEN Former economy minister Macron's campaign has previously complained about attempts to hack its emails, blaming Russian interests in part for the cyber attacks. On April 26, the team said it had been the target of a attempts to steal email credentials dating back to January, but that the perpetrators had failed to compromise any campaign data. The Kremlin has denied it was behind any such attacks, even though Macron's camp renewed complaints against Russian media and a hackers' group operating in Ukraine. Vitali Kremez, director of research with New York-based cyber intelligence firm Flashpoint, told Reuters his review indicates that APT 28, a group tied to the GRU, the Russian military intelligence directorate, was behind the leak. He cited similarities with U.S. election hacks that have been previously attributed to that group. APT28 last month registered decoy internet addresses to mimic the name of En Marche, which it likely used send tainted emails to hack into the campaign’s computers, Kremez said. Those domains include onedrive-en-marche.fr and mail-en-marche.fr. "If indeed driven by Moscow, this leak appears to be a significant escalation over the previous Russian operations aimed at the U.S. presidential election, expanding the approach and scope of effort from simple espionage efforts towards more direct attempts to sway the outcome," Kremez said. France is the latest nation to see a major election overshadowed by accusations of manipulation through cyber hacking. U.S. intelligence agencies said in January that Russian President Vladimir Putin had ordered hacking of parties tied to Democratic presidential candidate Hillary Clinton to influence the election on behalf of Republican rival Donald Trump. RELATED COVERAGE French government says will not comment on reported Macron campaign hacking Macron campaign says massive email leaks meant to undermine it On Friday night as the #Macronleaks hashtag buzzed around social media, Florian Philippot, deputy leader of the National Front, tweeted "Will Macronleaks teach us something that investigative journalism has deliberately killed?" Macron spokesman Sylvain Fort, in a response on Twitter, called Philippot's tweet "vile". En Marche! said the documents only showed the normal functioning of a presidential campaign, but that authentic documents had been mixed on social media with fake ones to sow "doubt and misinformation". Ben Nimmo, a UK-based security researcher with the Digital Forensic Research Lab of the Atlantic Council think tank, said initial analysis indicated that a group of U.S. far-right online activists were behind early efforts to spread the documents via social media. They were later picked up and promoted by core social media supporters of Le Pen in France, Nimmo said.

reflets: En marche ! dénonce un piratage « massif et coordonné » de la campagne de Macron

reflets: En marche ! dénonce un piratage « massif et coordonné » de la campagne de Macron

Macron - Histoire d'une Haute Trahison - Les preuves accablantes

Vers un énorme scandale Macron

Russia accuses USA of 'declaration of war' and warns of 'response'-Daily...

US ‘threatens WAR with Russia’ as Trump to park warships near North Kore...

Why Nobody Wins in a War over North Korea

apoθεosις: North Korea 'accuses CIA of trying to assassinate Kim Jong un'

apoθεosις: North Korea 'accuses CIA of trying to assassinate Kim Jong un'

North Korea Starts Anti-terrorist Attacks after CIA Plot to Murder Kim J...

Rebel spirit: Majority of EU youth ready to join mass uprising – poll

Le Pen or Macron? Poll gap between candidates narrows as final election ...

jeudi

LE PEN - MACRON - QUI A GAGNÉ?

France: Le Pen rally attendees weigh her up against Macron

Pregnancy to cost 425% more under Trump's healthcare plan-Daily News

George SOROS: The One-Man Illuminati Machine

�� Is Donald Trump a Puppet of Globalist George Soros?

Jared Kushner didn't disclose ties to Soros, Thiel, Goldman Sachs or that he owes $1B in loans

...Une catastrophe mondiale est orchestrée par les élites

« Il y a beaucoup de choses que le président ne sait pas » Par Jeremiah Johnson – Le 24 avril 2017 – Source Shift Plan puppet-master1 Suivre l’argent est toujours l’élément clé et crucial pour déterminer « la cause probable / le modus operandi » des actions des globalistes. Bien qu’il y en a beaucoup qui croient que le président Trump est la panacée à tous nos problèmes, ils peuvent tout de même admettre qu’il y a des forces autres que le président qui conduisent notre pays, ainsi que le monde. La cabale sombre des globalistes, des Bilderbergers, des banquiers et d’autres organisations secrètes engagées dans une « union » de contrôle totalitaire sont presque trop nombreuses pour les compter. Il y a beaucoup de choses que le président ignore. C’est intentionnel de la part des intérêts monétaires qui contrôlent le tissu même de notre société. Les intérêts sont des entreprises, des politiques et des religieux : un niveau de contrôle à trois niveaux sur toutes les facettes de la société humaine. Tout comme un individu ne peut pas « dominer » l’un de ces secteurs, les secteurs eux-mêmes ne peuvent pas dominer. Ils sont forcés dans une relation symbiotique enracinée dans le commensalisme, où chacun de ces « parasites » profite aux deux autres. Le problème réside dans le fait que derrière ces intérêts, il y a des élites qui croient en l’imposition forcée de leurs philosophies aux masses. Ils croient également pouvoir « abattre sélectivement le troupeau » et maintenir une population servile à des niveaux minimaux pour mener à bien le travail domestique et la production industrielle (les Delta et les Epsilon du livre Le meilleur des mondes de Huxley) sous leur direction. Patiemment, ces élitistes attendaient le jour où leur société « 1984 » sera une réalité, travaillant à ce projet et l’élaborant depuis des décennies. Le poids de l’humanité pose un problème, car ils ne peuvent pas éradiquer efficacement tout ce qui est en trop sans une épidémie ou une guerre à grande échelle, mais après un tel événement, la planète elle-même pourrait être invivable. La question clé pour eux : comment tuer environ 6 à 7 milliards et demi de personnes sans détruire le monde ? Le moyen le plus efficace serait une guerre nucléaire limitée qui détruirait assez d’objectifs importants pour minimiser l’efficacité des grandes puissances dans une après-guerre, d’une manière qui n’irradie pas la plupart des nations belligérantes. La clé de l’équation complète est de supprimer les États-Unis. L’EMP (impulsion électromagnétique) est l’arme de choix. Cela paralyserait toute l’infrastructure, conduisant (comme décrit avec tant d’éloquence dans le livre One Second After) à des décès massifs et à la réduction des populations à des niveaux de société préindustrielle. Les communautés de l’élite vivant dans des zones blindées et avec des stocks pourraient simplement s’asseoir et laisser les populations se détruire et réduire naturellement leur poids. Après un temps (probablement déjà estimé et prédéterminé), les forces mercenaires des élites pourraient émerger pour nettoyer ceux qui resteraient, les asservir et les soumettre complètement. La question n’est pas de savoir si c’est en cours : ça l’est. Les élites suivent des plans révélés dans le rapport de Iron Mountain et les intérêts de l’argent ont élaboré leurs plans bien avant que le Colonel House n’écrivît Philip Dru, administrateur, alors que lui et Wilson [et d’autres, NdT] avaient créé la Réserve fédérale et avaient planté les racines de ce cancer si omniprésent et sous-jacent au mince placage recouvrant notre fausse société de consommation. Les nombreux articles sur les millionnaires et les milliardaires qui forment des « communautés intentionnelles » et des complexes pour survivre à un événement apocalyptique / effondrement de la société, ne sont pas inexacts. Les rapports répandus sur les complexes de tunnels, les livraisons directes par camions et le détournement de ressources gouvernementales financées par les contribuables vers des sites secrets aux États-Unis ne sont pas inexacts. Jesse Ventura enquêtait sur beaucoup de ces questions avant que les intérêts de l’argent ne mettent fin à ses actions et qu’il se retire sans fanfare. Tous ceux qui ont exposé ces faits ou menacé de les exposer ont été marginalisés ou détruits. Tout comme les gens recherchent « le » héros, ils sont également facilement manipulés pour se concentrer sur « le » méchant, comme Kim Jong-un ou Bachar al-Assad. Remplacez le nom « Emmanuel Goldstein » pour l’un d’entre eux avant les deux minutes de la haine. Avance rapide jusqu’à maintenant. En bout de ligne, lorsque différents facteurs se conjuguent « par coïncidence », la probabilité d’action des élites et le point de non retour sont augmentés de façon exponentielle. Ils n’y sont pas encore ; ils n’y seront pas jusqu’à ce qu’ils soient certains qu’ils peuvent le faire, mais ils finiront par monter une pièce de théâtre pour cela. Ces courtiers en pouvoir ne s’engagent pas sur un pari à moins d’être sûrs de leur victoire. Pour cette raison, il est important de surveiller les points chauds parmi ces éléments convergents pour savoir quand quelque chose est susceptible de se produire : lorsque la possibilité existe, alors la probabilité augmente. L’un de ces points de convergence, c’est cette semaine. Les Nord-Coréens sont censés tester un autre dispositif nucléaire vers le 25 du mois. « Par coïncidence », l’« exercice EMP » appelé Opération Gotham Shield devrait se terminer le 25 avril et durer peut-être un peu plus longtemps. Par coïncidence, il y a eu une panne de courant dans trois villes différentes : San Francisco, Los Angeles et New York jeudi. Par coïncidence, les bombardiers russes et les avions espions ont effectué des vols tests le long de la côte de l’Alaska, pendant quatre jours consécutifs, et les États-Unis et même le Canada ont envoyé des jets pour les intercepter. Par coïncidence, les Russes prétendent avoir des dispositifs électroniques avec un effet de type EMP, déjà utilisé contre l’USS Donald Cook, un destroyer portant des missiles guidés Tomahawk en novembre 2014. Par coïncidence, l’armada navale américaine devrait arriver dans les eaux au large de la côte coréenne le 26 avril… exactement au moment de l’exercice EMP de l’« Opération Gotham Shield ». Tous ces facteurs indiquent une opération sous faux drapeau. Si l’occasion d’exécuter un tel drapeau faux se produit, ils s’en saisiront. De nombreux trolls tentent de dénigrer cette idée… Une foule de gens disant que « rien n’est encore arrivé, donc rien ne se passera ». Ceux qui sont tellement convaincus que tout cela n’est que du « porno de la peur » ou un « faux » d’une façon ou d’une autre… ne tenez pas compte de ces informations « improductives » et peut-être « rémunérées ». Le but final est de savoir ce qui se passe et d’essayer de survivre. Sois ce « dixième homme » décrit dans le film World War Z, et considère ce que le troupeau a été conditionné à ne pas considérer, et cela pourrait améliorer tes chances de survie à ce qui arrive : ce que les élites ont prévu et vont déclencher avec une opération sous faux drapeau. Peu importe à quel point cela semble improbable, le dixième homme doit commencer à penser en supposant que les neuf autres ont tort. Jeremiah Johnson est le nom de plume d’un béret vert à la retraite des forces spéciales de l’armée des États-Unis (Airborne). M. Johnson est également un Gunsmith, un Herboriste Master Certifié, un Montana Master Food Preserver, et un diplômé de l’Ecole SERE de l’armée américaine (Survival Evasion Resistance Escape). Il vit dans une cabane dans les montagnes de l’ouest du Montana avec sa femme et ses trois chats. Note du Saker Francophone Fort heureusement, les prévisions de cet auteur ne se sont pas réalisées mais l'article en lui-même énonce quelques principes : - Seul un faible pourcentage de gens pensent hors de la matrice et encore moins d'entre eux résistent à l'envie de croire à d'autres théories qui noient les informations utiles par excès de zèle. Question : lesquelles ? - Il faut surveiller les exercices, car ils sont souvent le signal d'une opération réelle qui pirate l'exercice même si nous nous souvenons de Jade Helm il y a un an qui n'avait débouché sur rien. - La question du partage des ressources est très pertinente d'autant que la robolution permet de se passer de nos bras. À chacun de réfléchir à différents scénarios car devant la complexité des possibles, il n'y aura pas d'alerte même des anti-systèmes, tout au plus quelques heures, si tant est que quelque chose d'énorme arrive vraiment un jour. Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par M pour le Saker Francophone

Les pires 100 premiers jours jamais vus...du théâtre politique ou une incompétence réelle ?


Les « échecs » de Trump sont-ils un brillant stratagème pour « déconstruire l’État », du théâtre politique ou une incompétence réelle ? Si j’étais un partisan de Trump, je serais furieux de la façon dont ses 100 premiers jours sont présentés par la presse. Les médias traditionnels se sont engagés dans une compétition de Schadenfreude, car les écrivains et les chroniqueurs se disputent la distinction de la meilleurs moquerie à propos des défaillances de l’administration. Les experts et les journalistes ont abondamment jasé sur les lois refusées, les postes non remplis, les nominations siège éjectable et les promesses non tenues. Dans la même veine que pour la couverture de la campagne électorale. C’était, après tout, un non-président : un homme sans qualification pour servir, sans mandat populaire des électeurs, et, une fois élu, sans beaucoup d’intérêt pour la gouvernance quotidienne. À chaque occasion, il semble préférer décamper pour son hôtel en Floride, battre en retraite, ou entreprendre un autre « tour de la victoire » dans les États où il a remporté les élections. Comme la date symbolique des 100 jours approche, le 29 avril, ABC et le Washington Post ont publié un sondage montrant que Trump, à ce moment-là de son mandat, est aussi le président le plus impopulaire de l’ère moderne. Même les efforts de dernière minute de l’administration pour exploiter les sentiments les plus nationalistes de l’électorat en bombardant l’armée syrienne, en bombardant les talibans en Afghanistan et en menaçant de bombarder les Nord-Coréens semblent avoir peu d’effets. Seulement 42% du pays approuve la performance du président (contre 69% pour Obama au même moment de son premier mandat). Au bas de l’article du Washington Post sur ce sondage, cependant, s’en étale un autre, intéressant. Les enquêteurs ont demandé aux sondés quel candidat ils ont soutenu à l’élection présidentielle. Il n’est pas surprenant que les chiffres correspondent plus ou moins au vote populaire. Les répondants ont déclaré qu’ils favorisaient Clinton par rapport à Trump, par 46% et 43%, respectivement. Mais lorsqu’on leur a demandé pour qui ils voteraient si les élections se tenaient à nouveau aujourd’hui, les sondés ont fait une réponse surprenante. Ils ont en fait choisi Trump plutôt que Clinton, à 43% et 40%, respectivement. C’est étonnant. Le candidat qui a perdu le vote populaire, qui n’a pratiquement rien fait depuis son investiture, à part fanfaronner ou jouer au golf, qui, après 100 jours, a le score de popularité le plus faible de n’importe quel président de l’ère moderne, pourrait encore battre Hillary Clinton dans une réélection – et probablement pas seulement au niveau du collège électoral. Il existe trois raisons pour expliquer cette dissonance cognitive. Tout d’abord, bien que son plus grand péché soit qu’elle est une politicienne conventionnelle, Hillary Clinton inspire une haine considérable, dans tous les camps politiques. Deuxièmement, de nombreux partisans de Trump resteront fidèles à leur homme, même s’il devait soulever ses mèches orange pour révéler une paire de cornes du diable. Selon le même sondage, bien que seulement 85% des électeurs de Clinton aient promis une allégeance continue à leur candidat, 96% des électeurs de Trump refusent de remettre en question le soutien à leur candidat. Vous parliez de la fidélité à la marque ? Ce qui nous amène à la troisième raison. L’administration Trump a effectivement affiché une incompétence sans précédent au cours de ses 100 premiers jours. Mais tout le monde dans le pays ne considère pas cette incompétence de la même manière que les médias traditionnels. En effet, deux théories distinctes et opposées ont émergé pour expliquer pourquoi, selon la vision du bon sens, on a l’impression que beaucoup de gens, dans les hautes sphères, ne savent tout simplement pas ce qu’ils font. Les avantages de l’incompétence Selon les adhérents à la première théorie, l’administration de Donald Trump est tellement dédiée à la déconstruction de l’État qu’elle utilise l’incompétence comme outil. Quelle meilleure façon de détruire les programmes sociaux progressistes et de défaire l’appareil réglementaire que d’installer des gens manifestement pas à la hauteur, comme Scott Pruitt à l’EPA ou Rick Perry au DOE, dans des agences consacrées à des missions qu’ils ne comprennent pas ou n’apprécient pas ? Pendant ce temps, le président Trump fait des déclarations contradictoires, change de position quotidiennement et balance effrontément des mensonges afin de déstabiliser ses adversaires, tant dans le pays qu’à l’étranger. Ses ennemis vont le sous-estimer. Ils ne seront pas en mesure de prédire ses actions. Ils seront forcés d’adopter des positions conciliantes de peur que, comme un narcissique impitoyable, il ne frappe irrationnellement et sans tenir compte de l’intérêt de son pays. En d’autres termes, ce qui pourrait ressembler à une maladie mentale n’est en réalité qu’une tactique consciente. La deuxième théorie affirme que l’administration Trump essaie honnêtement de faire avancer les choses, mais un « État profond » – composé soit de personnes désignées par Obama soit d’agents de la sécurité nationale – s’y oppose à chaque fois. En effet, cet État profond est si influent qu’il a fait changer d’avis à Trump sur la Syrie (bombarder Assad), la Chine (pour faire bien), la Russie (pour détruire la promesse de détente) et le commerce (pour faire marche arrière sur une taxe douanière d’ajustement). Cet « État profond », selon les sources plus conspirationnistes, est aligné sur une gamme d’acteurs internationaux, tous contre Trump. Cette liste comprend les institutions financières internationales, les entités politiques transnationales comme l’ONU et les élites libérales (qui pourraient même ne pas être libérales, comme Angela Merkel d’Allemagne). Certes, des conseillers de Trump comme Steve Bannon sont portés à réduire les cotés du gouvernement qu’ils n’aiment pas (tout en renforçant les éléments qu’ils aiment). Et certainement, l’administration a rencontré une résistance considérable, dans la Beltway et dans le monde entier, à ses programmes les plus radicaux. Pourtant, ces explications ne sont pas entièrement satisfaisantes. Ce qui laisse une troisième possibilité : que l’incompétence de Trump et ses associés n’est ni une stratégie ni le résultat d’une contre-stratégie. Le gouvernement des États-Unis est un mécanisme extrêmement complexe, et même des politiciens intelligents comme Bill Clinton et Barack Obama ont fait de grosses erreurs au cours de leurs 100 premiers jours. Installez un président ignorant et qui a amené avec lui une coterie de gens à l’esprit étroit : à quoi vous attendiez-vous ? Ainsi, l’administration de Trump s’est engagée dans une étonnante démonstration de manœuvres politiques incompréhensibles à coup de bras tordus, de dialogue de sourds et de volte-face. Elle a raté sa politique d’interdiction d’entrée aux musulmans (deux fois), celle sur la réforme des soins de santé et s’est aliéné les membres du Congrès des deux bords avec sa proposition de budget initial. Trump a eu des interactions embarrassantes avec les dirigeants de la Russie, de l’Australie et de l’Allemagne (entre autres). La seule victoire évidente dans ses trois premiers mois a été la nomination d’un juge de la Cour suprême, mais cela a obligé les Républicains du Sénat à déployer l’option nucléaire et à le confirmer à la majorité simple (plutôt que la tradition sanctifiée des 60 votes). Ensuite, il y a eu des nominations autodestructrices. Le processus de confirmation du Congrès a permis d’éliminer quelques-uns des pires choix, comme celui d’Andrew Aszzder, nommé au département du Travail, tandis que le scandale en a décimé d’autres, comme le conseiller national à la sécurité, Michael Flynn, et la porte parole du NSC, Monica Crowley. Mais l’administration Trump a elle-même été très efficace dans cette autodestruction, comme le souligne James Hohmann dans le Washington Post. Voici quelques-uns des départs anticipés de l’équipe Trump : Chris Christie (chef de l’équipe de transition), Katie Walsh (chef adjoint du personnel), Boris Epshteyn (assistant spécial du président), Gerrit Lansing (conseiller numérique en chef), Anthony Scaramucci (responsable du Bureau de la liaison publique et des affaires intergouvernementales), KT McFarland (conseiller adjoint à la sécurité nationale), Craig Deere (directeur principal du NSC pour les Affaires occidentales) et Shermichael Singleton (conseiller principal de Ben Carson). Proches de la porte de sortie, on trouve le conseiller à l’anti-terrorisme Sebastian Gorka (pour ses liens avec une organisation affiliée aux nazis) et Sean Spicer (dont l’incompétence est devenue légendaire). La révolution Trump se dévore elle-même à une vitesse record. Ce qu’en pensent les Américains Les enquêteurs d’opinion ont subi une énorme perte de crédibilité à la suite des résultats de l’élection présidentielle de 2016. Jusqu’à la dernière minute, le site respecté FiveThirtyEight attribuait 71,4% de chances de victoire à Hillary Clinton. L’un des problèmes des sondages est qu’ils ne captent pas la ferveur relative des circonscriptions respectives. Hillary Clinton avait le feu en elle, mais beaucoup de ses partisans ne l’avaient pas. Les partisans de Trump, par contre, étaient plus déchaînés que leur candidat. C’est pourquoi le dernier sondage du Chicago Council on Global Affairs est un peu trompeur. Le titre annonce que la population étasunienne se rapproche davantage de la politique étrangère traditionnelle de l’establishment que de Donald Trump sur les questions allant du commerce à l’OTAN. Ainsi, selon le sondage, une nette majorité d’Américains favorise l’engagement des États-Unis envers les alliances de sécurité existantes, embrasse la mondialisation économique et le libre-échange, et soutient un engagement affirmé dans les affaires mondiales. Le Chicago Council reconnaît cependant que, sur certaines questions clés, le public diverge de l’élite : « Le public américain et les leaders d’opinion sont en fait divisés sur plusieurs questions clés, y compris l’importance de protéger les emplois américains, la politique d’immigration des États-Unis et l’importance de protéger la sécurité des alliés américains. Peut-être pas par coïncidence, ces zones où les divergences entre l’élite et la population existent sont également les domaines où le message de Donald Trump a résonné le plus fort. » Attendez une seconde. Ces trois postes sont en fait le revers des trois problèmes où les préférences du public et l’élite se rejoindraient. Les Américains ont un engagement rhétorique envers la mondialisation, mais ils mettent plutôt les emplois américains en premier. Ils croient en l’OTAN, mais ils ne voient pas l’importance de venir à la défense des alliés, ce qui est l’élément essentiel de l’alliance de sécurité. Et ils veulent que les États-Unis restent engagés dans le monde, mais pas dans la mesure où le monde s’engage avec nous en arrivant sur nos rivages. Alors, si vous regardez de plus près ce rapprochement supposé, cela se dissout dans le même problème de ferveur qui a brouillé la boussole des enquêteurs en novembre 2016. Par exemple, 41% des électeurs républicains considèrent la mondialisation négativement et 36% veulent que les États-Unis restent en dehors des affaires mondiales. Pendant ce temps, 79% veulent « construire un mur » pour empêcher les immigrants et 75% considèrent le fondamentalisme islamique comme une menace critique. Les chiffres sont encore plus prononcés pour les principaux partisans de Trump. Regardons maintenant les premiers 100 jours de Trump selon cette perspective. L’administration a annulé la participation des États-Unis à l’accord commercial Trans Pacific Partnership (TPP) et a fait le pari coûteux de conserver les emplois manufacturiers aux États-Unis. Le président a continué à faire pression pour le « mur » à la frontière avec le Mexique face à l’opposition du Congrès. Il a signé des ordres exécutifs pour empêcher les personnes de sept (puis six) pays essentiellement musulmans d‘entrer dans le pays. Tout le reste n’est que du bruit. Bien sûr, certains partisans de Trump étaient fâchés qu’il ait bombardé l’armée syrienne, n’ait pas retiré les États-Unis de l’OTAN, se soit aliéné Moscou et ait banni Steve Bannon du Conseil à la sécurité nationale. Mais les principaux supporters de Trump ne se soucient pas beaucoup de ces problèmes. Ce que les médias libéraux considèrent comme des échecs, des voltes-faces ou une incompétence pure sont apparus, dans le pays de Trump, comme des efforts de bonne foi pour retrouver un consensus sur la politique étrangère et réorienter fondamentalement les priorités américaines. L’incompétence, à leur avis, est une fausse nouvelle. Les 100 premiers jours réalisés par la star de la télé-réalité Donald Trump ont été pratiquement, pour eux, une seconde Révolution américaine. Mais l’incompétence a des effets très réels. Sur le plan national, les tribunaux, le Congrès et la société civile peuvent contenir les dommages dans une certaine mesure. À l’échelle internationale, les dommages pourraient être catastrophiques. Cette semaine, Trump a invité le Sénat à la Maison Blanche pour un briefing sur la Corée du Nord. Pratiquement tous les experts de la Corée du Nord, sur l’ensemble du spectre politique, ont qualifié une attaque préventive de très mauvaise idée. Une administration compétente prendrait acte de ces mots. Une administration incompétente pourrait décider de tenter sa chance parce qu’elle n’en comprend pas l’enjeu, les risques et les conséquences. Si vous pensiez que les 100 premiers jours étaient mauvais, préparez-vous à quelque chose d’incontestablement pire, à ce que même les partisans de Trump reconnaîtraient comme un lamentable échec. John Feffer John Feffer est le directeur de Foreign Policy In Focus Traduit par Wayan, relu par M pour le Saker Francophone source: http://lesakerfrancophone.fr/les-pires-100-premiers-jours-jamais-vus 04 mai 2017 via Réseau International

mercredi

US test-fires ballistic missile as tensions mount over North Korea - DAI...

LE DÉBAT - Marine Le Pen : "La France sera dirigée par une femme, ce ser...

REPLAY INTEGRAL. "2017, le débat" : Marine Le Pen - Emmanuel Macron (Fra...

REPLAY - Watch the full French Presidential debate between Macron and Le...

Yakuro - Memoria Custodire

Rothschild’s Man, Macron, Portrayed As “Outsider”

North Korea ‘planted nukes worldwide ready to detonate at ANY MOMENT' - ...

Defenceless: Whole world at risk as NOTHING can stop North Korea’s nukes...

‘We will reduce you to ruins' North Korea in CHILLING US nuclear strike ...

lundi

North Korea BOMBSHELL: Trump paves way for historic meeting with Kim Jon...

Yakuro - Silver. The Color Of Wisdom (Video and Audio High Quality)

DOOMSDAY SCENARIO in the case of outbreak of Nuclear war

US Weapons In South Korea Against North Korea In 2017.

North Korea hints at nuclear tests 'at any moment'

Trump says he would be 'honored' to meet with Kim Jong-Un

Epic Action | Two Steps From Hell - Aeterna | Epic Music VN

‘Any time, any location’ North Korea issues chilling warning of IMMINENT...

North Korea Threatens Israel With “Thousand-Fold Punishment” Because Of ...

North Korea Missile Test May Not Have Failed - Gordon Chang

EXPLOSIVE Interview w/ President Trump John Dickerson - DE FACE THE NATI...

CrossTalk Bullhorns: 100 Days