dimanche

UN AN DE RÉVOLTE POPULAIRE, HOMMAGE AUX GILETS JAUNES

Acte 53 : « C’est l’anniversaire du peuple français qui se met debout»

Vol du pétrole: réaction d'Assad

Banque. Faillite de la Deutsche Bank et garantie européenne des dépôts

La manifestation des Gilets jaunes pour leur premier anniversaire se pou...

Les gilets jaunes, un an plus tard

Paris : les Gilets jaunes se mobilisent pour leur premier anniversaire, ...

mercredi

L’Occident ne doit pas se présenter en juge suprême


14 novembre 2019/Réseau International
par Olivier Renault. Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement ont pris part ce 12 novembre à la deuxième édition du Forum de Paris sur la Paix qui se déroule jusqu’au 13 novembre. La conférence évoque le multilatéralisme et donne la parole à la position russe qui porte la nouvelle vision diplomatique pour un monde multipolaire. Alors que le monde fait face à un contexte géopolitique difficile force est de contaster que les États-Unis ont boudé cette conférence sur la paix mais que la France en amorçant un changement politique engagé par Emmanuel Macron tente de garder son statut de pays organisant le dialogue entre les pays occidentaux et les pays émergents. « Le monde est en changement et ces modifications prendront du temps. C’est le multilatéralisme du monde qui est devenu un mot d’ordre de l’actualité. L’Occident n’arrive pas à le gérer seul. Les pays comme l’Inde, la Chine, le Brésil, les pays africains, gagnent en pouvoir. Pour renforcer leur position dans le monde, les questions clefs ne sont pas discutées dans un G20 ou dans un G7. Les compétences sont devenues plus nombreuses« , a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. La politique occidentale n’est plus adaptée dans un monde nouveau car, « plus on a d’acteurs plus le climat international sera sain. C’est une conséquence positive« . Sergueï Lavrov a tracé un bilan signalant une totale inadaption des institutions internationales actuelles : « Il est évident que nos amis occidentaux ne sont pas contents parce que durant 500 ans, ils dominaient la planète. C’est pour cela qu’ils veulent freiner ce processus en espérant le rendre plus compliqué« . « Quand vous avez quelque chose qui est réalisé pour les intérêts de l’Occident, cela doit être respecté. Mais si il y a quelque chose qui ne correspond pas à leurs intérêts ça, c’est sur le champ illégal » a déploré Sergueï Lavrov en évoquant l’application déséquilibrée du droit international au profit des pays occidentaux contre les pays émergents en citant la situation au Kosovo ou en Crimée : « Nous allons comparer le Kosovo et la Crimée. Au Kosovo on n’a pas eu de référendum mais le Kosovo a été reconnu par la majorité des pays occidentaux. La Crimée a fait un référendum mais les résultats ne sont pas reconnus« . Le ministre russe déplore la construction des éléments de preuves: « Qu’est-ce-qu’il se passe avec l’organisation de l’interdiction de l’arme chimique. Nous avons cette convention qui a créé un secrétariat technique et qui a été mandatée pour donner des réponses à des pays qui le sollicitent pour voir si des substances chimiques ont été utilisées ou pas. Les pays occidentaux par la réalisation de votes ont octroyé le droit à ce secrétariat technique de nommer les coupables« . La diplomatie russe dénonce le fait « qu’un secrétariat technique » outrepasse son rôle « de donner un avis d’expert » car elle tranche « sur la culpabilité des parties ce qui remplace le sens même de la convention » car cela « la déforme parce que pour changer le sens de la convention alors ça doit être ratifié par les membres, par les parties signataires » et cette situation explique le blocage sur le dossier iranien : « Ils refusent leurs engagements concernant le dossier de l’Iran. Ils ignorent tout ce qui a été fait par le conseil de sécurité du point de vue du droit international« . A une remarque d’un journaliste qui assimile la Russie à un shérif au Moyen Orient, le ministre russe répond : « Le shérif c’est une invention occidentale » et « cette logique n’est pas applicable au dossier syrien. N’oubliez pas que la crise syrienne a été lancée par des crimes et ce n’était pas nous l’auteur de ces crimes« . Sergueï Lavrov a parlé de la responsabilité des États-Unis dans la région qui avait « déclaré que la démocratie avait gagné en 2003 en Irak » alors que les Américains avaient soutenu les moudjahidines dans les années 80 : « Ils voulaient contrôler les moudjahidines après le retrait des troupes soviétiques mais de même en Irak avec cette invasion en 2003, quelques années plus tard Daesh a été créé et Abou Bakr al-Baghdadi s’est enfui des prisons américaines pour devenir un des leaders d’Al-Nosra« . «Nous, la Russie, nous n’avons pas peur d’être perçus comme des colonisateurs. À la différence de la France, de la Grande Bretagne, nous avons été invités par le gouvernement syrien. Cela ne s’inscrit pas dans la définition du colonialisme« , rajoute le diplomate russe avant de lever le voile sur les objectifs américains : « C’est pour les gisements pétroliers qu’ils vont rentrer et non pas pour protéger les Kurdes. Nous proposons des solutions pour reconstruire l’infrastructure, pour assurer le retour des réfugiés. Les États-Unis interdisent à leurs alliés et aux pays de la région tout investissement dans les régions contrôlées par le gouvernement. Sur la rive est de l’Euphrate, les États-Unis font tout pour construire des structures quasi-étatiques en appelant des pays du Golfe persique et d’autres pays à investir dans ces structures nouvellement créées. Tout ça est fait pour séparer cette partie de la Syrie et pour faciliter le contrôle des gisements pétroliers« .L’Occident ne doit pas se présenter en juge suprême PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked InEmail source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1224

mercredi

Macron interpellé par des habitants de Rouen après Lubrizol

«Le pays est en révolte» : une citoyenne en colère interpelle Macron à R...

la-version-officielle-de-lelimination-dal-baghdadi-confirme-quil-vivait-a-idleb-au-milieux-des-casques-blancs-syriens-adules-par-hollywood-et-a-deux-pas-de-la-frontiere-turque-ou-comment-washi/


La version officielle de l’élimination d’Al-Baghdadi confirme qu’il vivait à Idleb au milieux des Casques Blancs syriens adulés par Hollywood et à deux pas de la frontière turque…ou comment Washington se compromet avec les « complotistes Si l’on en croit la version officielle relative à l’élimination du dénommé Abou Bakr Al-Baghdadi, le Chef présumé de l’organisation terroriste connue sous l’acronyme arabe de « Daech », celui-ci aurait été localisé et neutralisé à Berisha dans le Nord-ouest de la province rebelle d’Idleb, la dernière province rebelle en Syrie, à deux jets de pierres de la frontière turque. Arrêtons-nous un instant sur ces données. La narration officielle US trahit cette fois une série d’anomalies et confirme les multiples accusations labelisées « complotistes » considérant que Daech à été créé par les services secrets US. Washington vient de se tirer une balle dans le nombril. Pourquoi ? Le Chef présumé de Daech, l’organisation terroriste la plus dangereuse au monde vivait donc au milieu de la province rebelle d’Idleb, laquelle est sous la protection de l’Otan et des pays occidentaux. Il ne vivait ni en Syrie orientale, et encore moins dans les zones syriennes sous contrôle gouvernemental. Al-Baghdadi était chez les Casques Blancs qu’Hollywood et l’ensemble des médias occidentaux ont encensé jusqu’au firmament. De plus, l’homme le plus recherché d’Irak vivait pratiquement sous le nez des militaires turcs. Cela suffit à démonter au marteau-piqueur la version triomphalisme et un peu puérile de Washington. Les experts en communication du Pentagone ne doivent pas trop aimer l’innovation: On reprend le fantasme de la veste explosive vêtue en permanence et activée à volonté. Trump a évoqué une aide russe, notamment pour le survol alors que la zone visée par le raid US n’est pas couverte par la bulle de défense aérospatiale russe en Syrie mais est couverte par les systèmes de la défense anti-aérienne turque et donc celle de l’Otan. Une grosse bévue. Les remerciements à l’Irak ? Sûrement pour avoir fourni un acte de naissance truqué d’Al-Baghdadi car Berisha est située loin de la frontière irakienne. On y apprend une chose. Al-Baghdadi, alias Simon Eliott aurait vécu parmi les Casques Blancs de la province d’Idleb et aurait eu pour voisins des agents du MiT (renseignements turcs) et la CIA. Daech n’est donc pas une génération spontanée et à du coûter une fortune à mettre en place. Son objectif d’accélérer un changement de régime en Syrie ayant échoué, on neutralise quelques témoins symboliques et on relance le remplacement.»plus... https://strategika51.org/2019/10/28/

dimanche

"La Turquie n'a d'autre choix que de se rendre"


"La Turquie n'a d'autre choix que de se rendre" Mon Oct 21, 2019 6:3AM AccueilMoyen-Orient L'armée turque avance vers la région sensible Raas al-Ayn, malgré la signature d'une trêve avec les Kurdes ©Sputnik Quelque chose de déjà-vu: la trêve que les Américains disent avoir arrachée aux Turcs pour "sauver la vie des Kurdes" a servi surtout à l'armée turque largement appuyée par l'OTAN dans son entreprise de conquête du nord est syrien : Sans tirer une seule balle les miliciens des YPG se sont retirés samedi d'Al-Shokriyah dans la banlieue de Ras al-Aïn pour laisser place aux mercenaires d'Ankara qui à bord des convois de blindés ont débarqué dans la ville. Ce scénario, les USA l'ont déjà joué plus à l'est à savoir à Deir ez-Zor quand leurs agents takfiristes de Daech abandonnaient sans se battre réellement leurs positions aux miliciens des FDS qui une fois installés ont ouvert les vannes des puits de pétrole de la province aux Américains. La Turquie qui n'a pas du tout respecté les 120 heures de trêve dans le nord de la Syrie, s'était emparée du village d’Om al-Assafir, située là aussi dans la banlieue nord de la ville de Ras al-Aïn », selon Sana.PressTV PressTV-Turquie: la triple revanche d'Assad? PressTV-Turquie: la triple revanche d'Assad? L’accord entre les kurdes et Damas a changé la donne au détriment d’Ankara. Samedi, aussi, soit au premier jour de la soi-disant trêve USA/Turquie, Sana avait fait part de la chute de deux autres villages de Ras al-Ain à savoir Jan Tamer Charqi et Al-Chakriyah qui sont tombés entre les mains de l'armée turque. L'opération "Source de paix" est-elle pour autant un succès? Les observateurs militaires relèvent une stratégie de combat qui a conduit l'armée turque dans l'impasse: le déploiement-éclair des forces de l'armée syrienne et de leurs alliés à Manbij à Raqqa à Hassaka et ce, sur fond d'un accord avec les Kurdes qu'Ankara a sous-estimé à tort, a fait que ce dernier et à travers lui les Etats-Unis se sentent désormais totalement piégés. En l'espace de quelques heures en effet, les forces syriennes ont bloqué toute voie d’acheminement de renforts depuis Idlib et Afrin aux supplétifs de l'armée turque. Quant au centre, les forces terrestres de l’armée syrienne ont traversé suite à un saut inattendu le barrage de l’Euphrate dans la ville de Tabqa et ont pris le contrôle de la ville d’Aïn Issa, ayant ainsi resserré l’étau sur les forces turques à Dalan. Sur un territoire de 340 km prévu dans le plan d’Ankara, les forces turques n’ont réussi donc qu’à s’emparer de la bande d’une superficie de 80 km située entre les villes de Tall Abayd et Ras al-Aïn. Ce lundi trois régiments blindés de l'armée syrienne font route avec la même rapidité que leurs paires il y a quelques jours en direction de la banlieue de l'Euphrate pour y prendre position et bloquer de facto l'avancée des mercenaires d'Ankara. Il y a deux jours un hélicoptère Blackhawk de l'armée turque s'est écrasé non loin de Hassaké dans un tir de missile qui ressemblait surtout à un tir de sommation russo-syrien contre les forces turques. PressTV-Syrie: un hélicoptère turc abattu PressTV-Syrie: un hélicoptère turc abattu Un hélicoptère de l'armée turque s'est écrasé ce vendredi 18 octobre lors d'une opération dans le nord de la Syrie, a annoncé le ministère turc de la Défense. A ce rythme même si l’armée turque est entrée ce dimanche dans Ras al-Aïn suite au retrait des Kurdes, comme l’a annoncé la télévision d’État syrienne, il n’est pas certain que les Turcs restent dans la ville qui est déjà encerclée par les forces armées de Damas. Dans une interview accordée à Sputnik, la députée syrienne Janset Kazan a exclu la possibilité selon laquelle l’armée turque pourrait rester dans les villes de Ras al-Aïn et Tall Abyad : «Il existe une possibilité que l’armée turque se trouve dans Ras al-Aïn, mais que cela ne dure pas […], elle est encerclée par l’armée syrienne et elle va reculer.», a-t-elle déclaré. L'état-major de l'armée turque comprend par ailleurs très justement ces évolutions et les ressorts du piège qui se referme sur Erdogan et ses forces armées. Ce lundi matin, Hurriyat, organe de l'AKP au pouvoir évoque " les efforts russo-iraniens" pour préparer une rencontre Erdogan-Assad" qui si elle a lieu, marquerait la reddition pure et simple de la Turquie après plus de sept ans de guerre directe et indirecte contre l'Etat syrien, sous la bannière des Etats-Unis et de l'OTAN. Le journal rappelle la quasi simultanéité de la visite à Ankara du couple Pence-Pompeo avec celle d'une délégation russe dirigée par l'émissaire spécial de Poutine, Alexandre Lavrantiev : " Lavrantiev s'est rendu ensuite à Damas et s'est entretenu avec Assad. Ses négociations à Ankara et à Damas s'étaient axées sur la stabilisation durable de l'est de l'Euphrate pour y asseoir la souveraineté de l'Etat syrien.... Le récent entretien du ministre iranien des Affaires étrangères avec son homologue turc va aussi dans ce sens, Moscou et Téhéran exerçant des pressions sur la Turquie pour qu'elle amorce un dialogue direct avec Damas". S'il est vrai que le journal affirme que le président turc n'a pas encore donné sa réponse, il n'en reste pas moins que ce dernier n'a plus trop le choix : militairement, l'opération "Source de paix" a été un échec et toute obstination pour inverser la donne militaire sera punie par l'armée syrienne et ses alliés, constate un analyste. Jeu russe : Ankara mis échec et mât Les premiers clashs Armée turque/Armée syrienne ont apporté de terribles surprises pour Erdogan.

Chì tempu farà - Le temps qu'il fera.

La Strategia. Novartis (I...

>

mardi

Pékin appelle Ankara à arrêter son opération militaire en Syrie



Pékin appelle Ankara à arrêter son opération militaire en Syrie Tue Oct 15, 2019 PressTV
L'armée turque à la frontière syrienne. ©AFP/Archives Le peu de cas que fait la Turquie de l’intégrité territoriale de la Syrie a amené la communauté internationale à durcir le ton contre la poursuite de l’agression militaire de l’armée turque en Syrie. Récemment, la Chine a par ailleurs réagi à l’opération militaire des Turcs sur le sol syrien et les a appelés ce mardi à mettre fin à leur incursion militaire en Syrie. Lors d’une conférence de presse, mardi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Chuang, a appelé la Turquie d’arrêter son offensive militaire en Syrie et de revenir sur le bon chemin. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a fait ces commentaires lors d’un point de presse quotidien devant un parterre de journalistes. La Turquie a lancé une incursion militaire dans le nord-est de la Syrie la semaine dernière, peu après que le président américain Donald Trump ait ordonné aux troupes américaines de s’éloigner de cette région. Quoique la communauté internationale ait critiqué l’opération militaire turque en Syrie, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a quand même annoncé qu’il ne renoncerait jamais à sa décision.
Turquie : le couperet US tombe ! Tout fin stratège qu’il soit, Erdogan a une grosse faiblesse : son tropisme pro-US qui le pousse à faire confiance aux Américains dans les moments les plus délicats de sa carrière politique. Il a déclaré que la Turquie ne tient compte pas de ces propos et qu’elle n’abandonnera jamais les opérations dans le nord de la Syrie et ce jusqu’ce qu’elle puisse « nettoyer complètement cette région » de ceux qu’elle appelle les terroristes. Plusieurs pays européens dont la France, l’Allemagne et la République tchèque ont suspendu la vente d’armes à la Turquie. « La République tchèque a rejoint lundi d’autres pays de l’Union européenne pour mettre fin aux ventes d’armes et de munitions à la Turquie après son offensive dans le nord de la Syrie », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Jan Hamacek, sur son compte Twitter. Auparavant, la France et l’Allemagne ont suspendu leurs ventes d’armes à la Turquie et l’Italie a annoncé son intention de se joindre aux pays européens qui ont suspendu la vente d’armes à la Turquie. Lire : Humiliante défaite d’une stratégie de guerre marqué par le suivisme L’agence de presse officielle syrienne, SANA, a entre-temps rapporté la mort de deux civils lors d’une attaque des militaires turcs contre le véhicule qui portait à son bord des civils, dans le village d’Abou Sera, dans la banlieue nord d’Aïn Issa, pas de loin de Raqqa. Les forces turques ont pillé et incendié les maisons de certains civils dans les villages de Tal Tamar et Raas al-Aïn, dans la banlieue nord de Hassaké, a rapporté le correspondant de SANA. L’agence de presse syrienne a également ajouté que les forces d’occupation américaines avaient transféré 250 épouses des membres étrangers de Daech du camp d’Al-Hawl vers le camp illégal d’Al-Chadadi.

Syrie : «Il n'y a pas de Kurdistan syrien, il y a des Kurdes, c'est diff...

Syrie: le chaos turc dans le Nord

Syrie : Donald Trump annonce des sanctions contre la Turquie

Offensive turque en Syrie : Damas déploie ses troupes au nord à la front...

vendredi

Philippe Pascot : « Si on fait une seule grande manif par mois à Paris, ...

La majorité des Russes apprécient l’Europe, mais ne se sentent plus européens.


https://www.kommersant.ru/doc/4087909 OBSERVATEUR DU MONDE RUSSE 12 septembre 2019 Les majorité des russes apprécient l'Europe, mais ne se sentent plus européens. Le centre Levada, connu pour être proche des milieux libéraux et occidentaliste (il est aussi partiellement financié par des officines occidentales comme le NED ou USAID) a sorti un sondage très intéressant sur l'identité russe. Les réponses aux deux questions posées permettent d'évaluer l'évolution des opinions des russes dans une perspective de près de 11 ans. On voit que pendant ce temps les habitants de la Russie se sont systématiquement éloignés de l'Europe. Si en 2008 la Russie était considérée comme un "pays européen" par 52% des personnes interrogées, alors en 2019, on est seulement à 37%. Par conséquent, la part de ceux qui considèrent la Russie comme un pays "non européen" a augmenté : maintenant ils sont 55%, alors qu'ils étaient 36% en 2008. Les courbes se sont donc complètement inversé sur la question de l'identité collective des russe comme peuple "européen" ou "non-européen". Une autre question: "vous considérez-vous comme européen?" Ici on remarque une réduction très nette de la proportion des personnes répondant "Ne se prononce pas" (de 13% à 4% entre 2008 et 2019). En 2019, ils ont rejoint l'un des camps. Cependant, si la réponse "certainement oui" n'a augmenté que de 2 points (de 10% à 12%), la popularité de la réponse «certainement pas» a augmenté beaucoup plus fortement — de 21% à 35%. "Les sanctions post-Crimée et l'augmentation de l'agenda antirusse de l'occident ont d'abord été perçues par la population avec anxiété, mais cela n'a pas duré longtemps - explique Karina Pipia, analyste du centre Levada - puis la plupart ont commencé à répondre que l'isolement de la Russie ne les dérange pas particulièrement. Et étant donné que les citoyens de toutes les années de recherche voient la Russie comme un pays avec un "chemin spécial", l'opposition de ces dernières années n'a fait que renforcer ces sentiments." Cependant, selon Mme pipia, "pour les jeunes russes, l'Europe reste une référence importante en termes de possibilités et de bien-être". A travers un certain nombre d'autres questions, les répondants ont été invités à évaluer les relations de la Russie avec les pays occidentaux et à exprimer leur attitude personnelle à leur égard. Ils ont été qaulifiées de bon voisinage par 5%, calme par 26%, fraîches par 33% et tendues par 22%. Quant aux relations russo-américaines, elles sont bien pires. La plupart des répondants (40 %) les considèrent tendues, 11% comme hostiles, 27% comme cool et calmes par seulement 14%. Dans le même temps, l'attitude personnelle des russes envers les pays occidentaux est très instable. Dans ce contexte, les relations individuelles des russes vis-à-vis des pays occidentaux est assez instable. Par exemple, 38% des personnes interrogées ont principalement ue bonne impression vis-à-vis des États-Unis, en juillet 2018 c'était 39% et en mai 2018 c'était 18%. De même, la proportion de personnes ayant une opinion vis-à-vis des États-Unis très mauvaise et surtout mauvaise : En août, ces options ont totalisé 44%, et il y a seulement trois mois, en mai de cette année on était à 52%. Vis-à-vis de l'Union européenne, la proportion ayant une bonne impression est passé de 42% en juillet 2018 à 50% en août 2019. "L'attitude envers les États— Unis et l'UE s'améliore progressivement si l'on regarde la tendance générale - constate Karina Pipia - Oui, il peut y avoir une réaction à certains événements individuels, par exemple les déclarations des politiciens. Mais en général, le pic du négativisme est déjà passé, car de tels sentiments ne peuvent pas persister éternellement. Inévitablement, après le pic des opinions négatives, il y a un déclin et une normalisation." En clair, pour les russes, l'Européenne est un voisin qu'on apprécie, mais ce n'est plus qu'un voisin... Cela entre en contradiction frontale avec les propos d'Emmanuel Macron, parlant de l'identité européenne de la Russie : "Je sais une autre chose : c’est que la Russie est européenne, très profondément, et nous croyons dans cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok". Visiblement, le président français a plusieurs trains de retard... Source :Réseau International via:https://www.kommersant.ru/doc/4087909 via:http://lemonderusse.canalblog.com/archives/2019/09/12/37628173.html

Le Brexit N'aura pas Lieu ?

EN MARCHE VERS L'EFFONDREMENT

dimanche

La Bombe Atomique Du Sultan Ou Comment Erdogan A Su Humilier L’Europe Et Se Doter De L’arme Nucléaire


La Bombe Atomique Du Sultan Ou Comment Erdogan A Su Humilier L’Europe Et Se Doter De L’arme Nucléaire Posted on 07/09/2019 AuthorStrategika51 Comments(6) Jamais un dirigeant, un chef, un Sultan, un président ou un Chef d’État turc n’a autant humilié à volonté les dirigeants ou plutôt les gestionnaires des États d’Europe occidentale. D’autant plus que les humiliations et les chantages de Tayep Reçep Erdogan engendrent pour son pays des Accords fort avantageux et des dividendes financières assez conséquentes. On peut penser ce que l’on veut du président turc Erdogan mais force est de constater qu’il a réussi à propulser son pays d’un obscur mais important allié géostratégique de Washington en une véritable puissance ayant son propre agenda stratégique et suivant une logique n’ayant rien à voir avec celle de l’Alliance Atlantique. Les manoeuvres d’Erdogan sont palpables dans les rues de quasiment toutes les villes d’Europe : c’est le maître des digues migratoires, qu’il utilise selon ses intérêts. Quelques pays européens qui ont étroitement collaboré avec la Turquie pour mettre sur pied les hordes terroristes qui ont ravagé la Syrie et l’Irak lui refusent un Accord ? Simple : Erdogan fait déferler un million et demi de “migrants levantins et moyen-orientaux” sur la forteresse Europe. Les capitales européennes cèdent et lui concèdent cinq milliards d’euros. En échange, le maître des digues ferme une vanne mais en profite pour faire avancer ses pions sur le formidable échiquier géopolitique et se positionne en champion de la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). De fait les services de renseignement turcs sont quasiment partout de Marrakesh à Doha et les forces spéciales turques sont déployés aussi bien à Misrata et Tripoli en Libye qu’à Afrine et Idleb en Syrie septentrionale. Plus fort, la Turquie dispose de deux bases militaires au Qatar dans le Golfe, est présente militairement en Afghanistan et au nord de l’Irak et entend influencer l’Asie centrale musulmane jusqu’au Xinjiang ou Turkestan chinois. Véritable Janus à deux visages, Erdogan ne cesse de balancer entre l’Est et l’Ouest en gérant au mieux les intérêts stratégique de la Turquie. Au fond, c’est un véritable zoon politikon ne disposant d’aucune allégeance et ne croyant à aucune alliance durable. Il utilise les États-Unis et tente de se rapprocher avec la Russie pour faire avancer son propre agenda visant le pouvoir pour le pouvoir et cette logique implacable est derrière la décision d’Ankara de se doter rapidement de l’arme nucléaire. La Turquie a longtemps été un pays où les États-Unis déposaient leurs armes nucléaires. Ce qui change présentement et que ces armes US vont être remplacées par des ogives et des vecteurs turcs. La Turquie suit donc les pas du Pakistan, pays disposant déjà d’un très solide arsenal nucléaire et de l’Iran, pays soumis à un train de sanctions et lié par un lourd engagement international pour brider ses capacités nucléaires. La Turquie suivra un canal bien plus rapide car comme pour l’Allemagne, l’Afrique du Sud. l’Arabie Saoudite, l’Argentine, le Brésil, la Corée du Sud, l’Italie, le Japon, la Suède et la Suisse, ce choix éventuel ne relève que d’une décision politique. Ankara a donc pleine latitude à imposer ses desiderata aux Européens. Erdogan dit publiquement que s’il n’a pas les coudées franches à Idleb, il enverra un million de “réfugiés” syriens faire du tourisme permanent en Europe occidentale. Il opte pour le système ABM russe S-400 et jette à la poubelle l’avion de combat F-35, fierté du complexe militaro- US et cerise sur le gros gâteau, il veut disposer rapidement et sans délais d’une force de dissuasion nucléaire propre. Les historiens ignorent ou feignent d’ignorer pourquoi l’Empire Ottoman, au faîte de sa puissance militaire au 16ème siècle, n’a pas exploité la faiblesse et les divisions des cités-États de la péninsule italienne pour l’envahir comme le fera un peu plus tard le royaume de France. De même, les historiens et analystes d’aujourd’hui ferment les yeux sur la montée irrestitible de la Turquie de 2019 et feignent d’ignorer les compromissions des pays de l’OTAN, lesquels ont trop compté sur cet allié versatile pour semer le chaos au Moyen-Orient. Mal leur en prit. Ils se retrouvent aujourd’hui sous le joug du chantage au déluge migratoire et la divulgation du rôle de chacun dans les guerres de l’Empire. Erdogan s’est rapproché de Moscou tout en renforçant les liens commerciaux et les intérêts de la Turquie avec Israël. Il est l’objet de critiques mais quasiment intouchable. Ses amis ont tenté de se débarrasser de lui par un putsch qui a mal tourné et relancé la marche forcée du Sultan vers la puissance. En attendant, c’est le maître des digues. Tout comme l’ont été bien avant les Chefs barbares au delà du Rhin et dont l’apaisement par Rome était la condition sine qua non de la survie du reste de l’empire. L’histoire est un éternel ressac. Dans peu de temps, on aura un autre Soliman le Magnifique à la tête d’une puissante artillerie nucléaire. La seconde Constantiople est déjà symboliquement tombée. Ainsi va le monde et Sic Transit Gloria Mundi !

lundi

Le retour des frises du Parthénon en Grèce


article paru le 16/2/2010 dans le site Diaspora Grecque Le retour des frises du Parthénon en Grèce "Παρθενώνας" από τον Κώστα Γαβρά-Parthénon, vidéo de Costas GAVRAS Le Parthénon et ses marbres Le Parthénon, le plus grand et le plus impressionnant bâtiment de l’Acropole, a été édifié par Ictinos et Phidias, au 5ème siècle avant J.-C. C’était ‘le siècle d’or de Périclès’, une période pendant laquelle la ville d’Athènes a atteint son plein épanouissement. Au fil du temps, le Parthénon est devenu un symbole mondial éternel de cette civilisation, de l'évolution de la politique, de la philosophie, des arts et des sciences. En effet, ce temple, dédié à la déesse Athéna, n’a jamais cessé de rappeler le prestige de la démocratie d'Athènes et de l’esprit grec classique, qui ont tant influencé la culture occidentale. C’est ce symbolisme unique qui est à la base de l'exigence grecque pour la restitution des Marbres du Parthénon à l’Etat grec et la restauration de l'unité du Parthénon. Les Marbres du Parthénon, également connus sous le nom de ‘Marbres d’Elgin’ sont des antiquités enlevées du site de l’Acropole, il y a 200 ans, par l’Ambassadeur anglais, Lord Elgin, et vendues par la suite au British Museum. Les marbres, entre autre une partie de la frise du Parthénon et de ses métopes, forment une partie indissociable du monument et leur restitution reconstituera l’unité de sa décoration et de sa cohésion architecturale. La restitution des Marbres du Parthénon est une cause à laquelle l’ancienne Ministre de la Culture, Melina Mercouri, a dédié sa carrière, jusqu'à sa mort en 1994. "Παρθενώνας" από τον Κώστα Γαβρά Parthénon, vidéo de Costas GAVRAS: Le retour des frises du Parthénon en Grèce Le 26 décembre 1801 commence le démontage du Parthénon et avec lui le plus important acte de vandalisme commis en temps de paix. Un premier navire, la frégate britannique Mentor, quitte le port grec du Pirée pour Londres avec à son bord de nombreux bas-reliefs enlevés au célèbre temple de l'Acropole... On peut aujourd'hui les contempler sous les voûtes sombres du British Museum. Cinq caryatides se trouvent au Musée d’Athènes et la sixième se trouve parmi les 330 statues, au British Museum Au début du siècle dernier, un peu avant la révolution grecque de 1821 et l’indépendance de la Grèce du joug turc, Lord Elyin, Ambassadeur de Grande Bretagne à Constantinople (l’Istanbul actuelle) a mis à nu le Parthénon. Pour commencer, en 1800, il a envoyé une équipe à Athènes pour étudier les monuments et prendre leurs empreintes afin de pouvoir ensuite décorer sa villa en Ecosse. En cette période-là, la politique internationale a conduit la Turquie à s’allier avec la Grande Bretagne contre la France. Lord Elyin a profité de ses fonctions avec l’aide du sultan, pour s’attribuer une énorme collection de vestiges anciens du centre de la Grèce, des îles grecques, d’Asie Mineure, de tous les endroits où avait fleuri la civilisation grecque. C’est à ce moment-là que son attention fut attirée par les monuments de l’Acropole, mais s’en approcher était très difficile : il fallait pour cela une autorisation. Moyennant quelques cadeaux offerts au sultan, il obtint la permission de dénuder le Parthénon en 1801. Les hommes d’Elyin, pour détacher les sculptures, les ont sciées à l’arrière sans tenir compte du fait qu’elles se trouvaient là depuis 2 250 ans. Pendant 10 ans, ils ont tout démoli et, pendant 10 ans, les Grecs, sous le joug ottoman, voyaient piller leur héritage culturel, sans pouvoir rien faire face à ce grand crime. Quand les frises du Parthénon sont arrivées en Angleterre, cela est devenu un sujet commercial d’échange entre Lord Elyin et le gouvernement britannique. Le parlement britannique a inculpé Lord Elyin de trafiquant d’antiquités et de démolisseur et a voté contre la vente des frises, décidant de les remettre au musée de Grande Bretagne avec 80 voix pour et 30 voix contre. Jusqu’à aujourd’hui, les frises du Parthénon sont une des collections les plus importantes des musées britanniques. Ainsi, les deux derniers siècles, des 25 siècles d’existence du Parthénon, se trouvent dans cette situation. Sur les 97 pierres (zoophares : nom ancien de la frise de l’entablement, chargée autrefois de figures d’animaux) sauvées du Parthénon, 56 se trouvent en Angleterre et 41 à Athènes. Des 64 pierres sauvées (Métopes : intervalle séparant deux groupes de cannelures dans une frise dorique. Panneau sculpté remplissant cet espace), 16 se trouvent en Angleterre et 48 à Athènes. Des 28 frontons sauvés, 19 se trouvent en Angleterre et 9 à Athènes. Souvent, une moitié de sculpture se trouve à Londres et l’autre moitié à Athènes. Ainsi, depuis des années, l’Etat grec, par l’intermédiaire de l’Unesco, a entrepris des démarches auprès du Royaume Uni pour le retour des frises du Parthénon en Grèce.Η κλοπή δεν είναι δυνατόν να αποκτήσει κανένα δικαίωμα.

Gilets jaunes : «Aux Français dormeurs-consommant de nous retrouver»

dimanche

La Russie lance la première centrale nucléaire flottante du monde

G7 : «Trump va menacer la Chine, mais la Chine a la main actuellement»

La deuxième journée du G7 marquée par la visite surprise de Mohammad Jav...

Macron : «Aucun membre du G7 ne veut que l'Iran ait l'arme nucléaire»

Des portraits d’Emmanuel Macron tête en bas pour protester contre la pol...

G7 : Emmanuel Macron répond aux journalistes en marge du sommet

Mohammad Javad Zarif au G7 : «Une visite qui soutient un agenda français»

La répression policière du G-7

Gilets jaunes : «Nous allons commencer à demander la destitution de ce g...

samedi

Pourquoi la forêt amazonienne brûle-t-elle ?

G7 à Biarritz : un sommet, un contre-sommet et beaucoup de sécurité

G7 : «Macron apparaît comme une espèce de pièce rapportée», estime Jean ...

Manifestation anti-G7 : tensions avec la police à Bayonne

D’Hendaye à Irun, le premier jour du G7 marqué par des manifestations

amour de la nature et de la terre: #ActForTheAmazon #saveourplanet

amour de la nature et de la terre: #ActForTheAmazon #saveourplanet

Incendie en Amazonie : Macron accuse Bolsonaro d'avoir menti sur le climat

Des feux de forêts importants touchent l’Amazonie, Bolsonaro accuse les ONG

Geneviève Legay : «De chaque G7, G8 ou bien G20, il ne ressort jamais ri...

Acte 41 des Gilets jaunes : «Il n'y a pas d’essoufflement, bien au contr...

Les Gilets Jaunes battent le pave a Paris ...


Premiers heurts à Urrugne à la veille du sommet G7

jeudi

Le Grace 1 libéré malgré la tentative américaine de blocage


Thu Aug 15, 2019 Thu Aug 15, 2019 Gibraltar a libéré le pétrolier iranien Grace 1 malgré la tentative américaine de blocage. En dépit de la demande du département américain de la Justice de prolonger la détention du pétrolier iranien, la Cour suprême de Gibraltar a autorisé son départ. L’ambassadeur iranien au Royaume-Uni affirme que le Grace 1 quittera bientôt Gibraltar, soulignant ce qu’il appelle la défaite misérable des tentatives américaines d’empêcher la libération du pétrolier. Comment analysez-vous la libération de ce supertanker iranien malgré les tentatives de blocage des USA ? Élie Hatem, juriste international, s’exprime sur le sujet. Regardez cette vidéo sur YouTube !

mardi

Moscou: que la France balaye plutôt devant sa porte! (e-Press)

Le coup de maître de Moscou


5 Août 2019 Le coup de maître de Moscou
Dans la crise du Golfe entre l'Iran et les Etats-Unis, l'ours russe n'a jamais caché où allait sa préférence. Les terrains d'entente entre Téhéran et Moscou sont nombreux et variés : commune opposition aux folies impériales de Washington, alliance en Syrie, complicité dans le mouvement de dédollarisation ou encore collaboration à la dynamique multipolaire de l'Eurasie. Aucune surprise, donc, de voir le Kremlin apporter son soutien aux fiers Perses, ce qui a d'ailleurs été réaffirmé avec force en juin : Si beaucoup espéraient ou craignaient que Poutine "vende" l'Iran en échange de la Syrie, ils ont été déçus/soulagés. L'inédit sommet tripartite Russie-Israël-USA, lors duquel Washington et Tel Aviv étaient censés convaincre Moscou de lâcher l'Iran, a accouché d'une souris. Pire ! l'envoyé russe, Nikolaï Patrouchev, a renvoyé Bolton & Co dans les cordes : « L'Iran a toujours été et demeure notre allié, avec qui nous développons nos relations dans un contexte aussi bien bilatéral que multilatéral. Nous croyons donc qu'il est inadmissible de qualifier l'Iran comme la principale menace de la région et de le mettre sur le même plan que l'Etat Islamique ou d'autres organisations terroristes. » L'ami Nikolaï en a rajouté une couche en déclarant que, selon les données militaires russes, le drone US était bien dans l'espace aérien iranien et que les accusations américaines contre Téhéran concernant l'attaque de pétroliers étaient « de piètre qualité et peu professionnelles ». Pan, sur la moustache de Bolton qui, avec son siamois israélien, ne s'attendait visiblement pas à se faire reprendre aussi vertement. Voilà qui n'a pas dû lui arriver très souvent dans sa carrière... On a vu début juillet que l'ours s'amusait à brouiller/usurper les signaux GPS des avions américains au Moyen-Orient. Les facéties russes semblent arriver doucement mais sûrement vers la zone iranienne, ce qui n'est pas une très bonne nouvelle pour l'US Air Force... Il y a quelques jours, la coopération entre Moscou et Téhéran a passé la vitesse supérieure. Pendant la visite du chef de la marine iranienne à Saint-Pétersbourg, un mémorandum d'entente a été signé entre les deux armées, incluant de possibles et prochains exercices navals conjoints près, vous l'avez deviné, du fameux détroit d'Ormuz. La portée de cet accord n'a échappé à personne et surtout pas aux stratèges américains. L'on imagine alors aisément leur fébrilité à la lecture de la véritable bombe qui vient de sortir hier. Avant de vous en faire part, précisons que l'information reste à confirmer (le site en question n'a cependant pas l'habitude de raconter n'importe quoi). On ne peut pas non plus exclure une intox iranienne, bien que l'on ne comprenne pas vraiment quelle en serait la raison. Voici le scoop, qui pourrait être ce que les anglophones appellent un game changer au Moyen-Orient et au-delà. Téhéran et Moscou se seraient mis d'accord pour ouvrir deux bases navales et une base aérienne russes en Iran ! L'emplacement, sur le Golfe persique, est stratégique au possible : Bouchehr et Chabahar, encadrant le détroit d'Ormuz.
Si les Iraniens, habituellement très sourcilleux quant à la présence militaire étrangère sur leur territoire (le fidèle lecteur se rappelle l'affaire d'Hamadan), ont accepté, c'est que ces bases participeraient fortement à la sanctuarisation du pays face aux velléités impériales US. Notamment à Bouchehr, bête noire des Israéliens, qui accueille la centrale nucléaire dont les Russes sont en train de construire deux nouveaux réacteurs. Quant à l'ours, il peut se lécher les babines avec gourmandise. Un bail à la syrienne (49 ans) marquerait l'entrée fracassante de la Russie dans le Golfe persique et lui donnerait un rôle de garante de la sécurité des hydrocarbures et de la liberté de circulation dans l'un des endroits les plus stratégiques de la planète, fonction que n'arrivent plus à remplir les Etats-Unis. Ceci est d'ailleurs à mettre en parallèle aux récentes propositions de Moscou à l'ONU sur l'établissement d'une architecture collective de sécurité dans le Golfe, qui pourrait peut-être constituer un complément à l'Organisation de Coopération de Shanghai. Une structure multipolaire dont Moscou aurait l'un des tout premiers rôles. Même Catherine la Grande n'aurait pas osé y penser dans ses rêves les plus fous. Sanctuarisation de l'Iran, case essentielle du grand échiquier eurasiatique ; évincement de l'empire de sa chasse gardée moyen-orientale ; contrôle des flux pétroliers ; avancée du modèle de l'OCS et de la multipolarité du continent-monde face à l'obsolescence de l'unilatéralisme américain... Les conséquences de ce coup de maître sont potentiellement gigantesques. source :Chroniques du Grand jeu Partager cet article

Régis Chamagne : «Nous assistons à un changement global de paradigme géo...